Le TGV, quand on dort, ça ne compte pas…

Aujourd’hui, dans le TGV, un bout de chou de 10 ans et demi en face de moi. Elle voyageait seule. Sa mère dehors à la fenêtre était tranquille, souriante. Ca m’a fait plaisir. Je ne sais pas si c’est courant, des parents qui n’ont pas peur de laisser leurs enfants seuls dans un environnement inconnu. Il parait qu’en Angleterre par exemple, la psychose est forte, les parents laissent très peu leurs enfants rentrer seuls de l’école. Cette peur, ces « on ne sait jamais » m’agacent. La probabilité que surviennent un enlèvement ou même le moindre comportement agressif contre l’enfant me semble complètement négligeable. Infiniment moins probable qu’un accident quand on roule en voiture…

Or, à mon avis, laisser les enfants se débrouiller seul dans un environnement inconnu leur est bénéfique. Découverte que les gens sont presque tous bien-intentionnés, développement des capacités à entrer en relation, confiance en soi accrue, autonomie reconnue, etc. Le TGV est un excellent lieu pour cela. J’aime bien l’ambiance, et à part quelques grincheux de temps en temps, les gens y sont disponibles et souriants.

D’ailleurs, elle n’était pas timide, la fille. Sourires.
Moi : « Tu prends souvent le TGV seule ? »
Elle : « Non. En fait c’est la première fois que je prends le TGV. Enfin, non, pas vraiment, parce que quand j’avais 3 ans, on a pris le TGV, mais ça ne compte pas, j’avais dormi. »
:-)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>