Quelques réflexions…

Après avoir lu le texte de Guilain sur l’enfant et la liberté, cela m’a donné envie d’apporter ma petite contribution dans ce blog.

Il s’agit, bien sur, de la N.D.I… Mais ne croyez pas que je sois polar… J’ai aussi d’autres centres intérêt dont je pourrais vous parler à l’occasion.

Revenons à la N.D.I. Elle se définit à partir d’une réflexion systématique sur les sciences humaines, (psychologie, sociologie, psychologie sociale, psychothérapie…). Elle se situe dans un ensemble de pratiques interactives , donc elle est au cœur de la vie sociale.

Besoin essentiel de l’être humain, la Non Directivité est une volonté d’exister par rapport à soi même, de se sentir libre dans une expérience personnelle et en même temps en lien avec les autres. Mais la Non Directivité comporte aussi un I. : elle est intervenante. Ce qui signifie que la N.D.I, si elle s’établit dans une relation à l’autre qui se définit comme la prise en considération des sentiments, émotions, comportements de cet autre, permet, propose même l’intervention;

Bien sur, il est fondamental qu’une personne ou un groupe ne subisse aucune contrainte étrangère à la volonté du groupe. Lorsque l’intervention se produit, la personne adhère à la proposition qui lui est faite pour l’aider à se mettre ou se remettre dans la direction qui est la sienne, grâce à la possibilité de réalisation de ses désirs. L’intervention aide à l’expression des désirs et à leur possible réalisation;

Mais elle va aussi plus loin, elle permet l’interpénétration des deux parties en présence. c’est un mouvement de l’un envers l’autre qui reconnait la primauté de la relation. Il y a alors l’instauration d’une “mutualité” où il n’y a ni inégalité de statut, ni rapport de pouvoir entre les personnes concernées;

La Non Directivité Intervenante tente un “modèle”, à la fois psychologique (théorie de la personnalité, théorie de l’apprentissage) psychosociologique (théorie des groupes) et politique (relatif à une société organisée) ; ce modèle est celui d’une forme d’autogestion qui établit et poursuit le dialogue; ce dernier cesse dès qu’on fait preuve de pouvoir pour contraindre, édicter des lois contrecarrant les aspirations des individus. Le “modèle” présenté par la N.D.I. part de l’idée essentielle que l’homme, être de désirs, est un créateur et est à lui même sa propre possibilité; Il propose un autre type de société ou la personne, le groupe se fixent les objectifs qu’ils souhaitent, se donnant dans un réseau interactif les moyens et méthodes pour y parvenir, afin de susciter un nouvel humanisme.

A bientôt sur le web…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>